4 conseils santé pour le printemps

Le printemps est finalement à nos portes. Nous savons que vous êtes impatient de profiter du beau temps après le long hiver que nous venons de vivre.

Par contre, après l’hiver et la saison de la grippe, ne relâchez pas votre attention sur votre santé ce printemps. Voilà quatre points sur comment profiter des temps plus chaud le plus en santé possible.

Faites attention aux piqûres d’insectes

Les insectes ne sont pas une source d’inquiétude l’hiver, mais dès que le temps devient plus doux, ils réapparaissent. Mis à part les guêpes et les abeilles, dont les piqûres peuvent causer une réaction allergique à certains, les moustiques causent aussi des piqûres inconfortables. Les piqûres de ces derniers, lorsqu’elles sont trop grattées, peuvent se transformer en plaie et s’infecter, ce qui entraîne une consultation médicale. Pour éviter ce problème, assurez-vous de vous couvrir avec des vêtements longs et légers le plus possible. Prenez aussi la peine de vous protéger avec des solutions chasse-moustiques. Ces précautions sont à privilégier lorsque vous êtes à l’extérieur, surtout avant l’aube et après le crépuscule.

Prenez soins de vos muscles

Il est certainement agréable d’être plus souvent à l’extérieur après la période froide de l’hiver. C’est également sain d’être en plein air et d’être actif. Par contre, votre corps n’est pas habitué au train de vie plus actif que vous désirez entreprendre avec le retour des températures chaudes. Vous aurez besoin d’ajustements après un hiver sédentaire passé à l’intérieur. Assurez-vous de faire des étirements, même brefs, avant et après des activités en plein air, pour prévenir les crampes et les raideurs articulaires.

Appliquez de l’écran solaire

Le printemps est une période d’ensoleillement allongée en comparaison avec l’hiver, en plus d’être une saison plus chaude. Plusieurs d’entre nous vont alors passer plus de temps à l’extérieur. Nous allons donc tous être plus exposer au soleil, cela pouvant mener à des risques pour votre peau. Il faut donc se réhabituer à mettre de l’écran solaire et à protéger notre peau. Prenez l’habitude de régulièrement hydrater votre peau, en plus d’appliquer de l’écran solaire avec un FPS de 15 ou plus. Des lunettes de soleil et un chapeau sont aussi d’une grande aide!

Prenez garde au rhume des foins

Finalement, le printemps signifie qu’il y aura beaucoup de pollen dans l’air. Avec le pollen, vient le rhume des foins pour plusieurs. Aussi connue comme la rhinite saisonnière, le rhume des foins est une réaction allergique causée par l’exposition à un agent allergène, tel que le pollen. Une personne sur huit souffre du rhume des foins au Québec. Les symptômes peuvent inclure l’asthme, des yeux irrités, des éternuements, des migraines et plus.

Il existe des médicaments sans ordonnances qui peuvent calmer les réactions allergiques liées au rhume des foins. Cependant, consultez un professionnel de la santé, comme un pharmacien, avant d’utiliser ces médicaments.

Lisez plus sur le rhume des foins sur le Portail santé mieux-être du gouvernement du Québec.


Préparer son prochain prélèvement

Vous avez eu une consultation avec un médecin qui vous prescrit un prélèvement à faire. Le prélèvement est une prise de fluide corporel assez commun pour des analyses en laboratoires. Cet article vous détaille les lieux possibles où aller le faire, ainsi que la procédure à suivre.

Requête d’analyse

Lorsque votre professionnel de la santé va vous parler du test, il va certainement vous remettre une requête d’analyse de biologie médicale. C’est une feuille papier détaillant les prélèvements à faire et comprenant ses directives et sa signature. Vous pouvez en avoir plusieurs à faire, que ce soit de sang, d’urine ou de selles.

Avant de passer son test de prélèvement

Vous pouvez devoir suivre des procédures préparatoires à votre prélèvement le jour d’avant ou quelques heures avant celui-ci. Plusieurs tests de sang se font à jeun, donc assurer vous de bien lire votre requête d’analyse. Vous pouvez aussi en discuter avec votre médecin ou contacter le 811 en cas de doute. Vous pouvez toujours boire de l’eau. Veillez à ne pas prendre vos médicaments le matin de la prise, sauf en cas d’indication contraire de la part de votre professionnel de la santé.

Choix d’endroits avec un service de prélèvement

Vous avez accès à une multitude de points qui offre le service de prélèvement. Vous avez d’abord les CLSC qui propose gratuitement ce service sur présentation de la carte d’assurance maladie. Les tests sanguins sont aussi faits dans plusieurs pharmacies moyennant un frais. Vous avez aussi accès à des entreprises privées qui offre des services de laboratoire d’analyses et celles qui font les prélèvements à domicile. Les services privées et/ou coûteux sont souvent ceux avec le temps d’attente le plus bas.

Quoi apporter le jour du prélèvement ?

Le jour de votre rendez-vous, assurer vous d’avoir avec vous votre requête de prélèvement de biologie médicale et, surtout, votre carte d’assurance maladie pour accéder à la gratuité du service lorsque possible.

On vous fournira les contenants nécessaires à votre arrivée. Dans certains cas, vous pouvez demander un contenant et faire votre prélèvement à domicile et le rapporter ensuite. Cette directive s’applique pour les prélèvements d’urine. Toutefois, vous devez garder l’échantillon au frais et le produire le matin même ou vous le porterez pour analyse.

Les prélèvements sont une procédure courante pour laquelle il ne faut pas s’inquiéter. Si vous avez des craintes face à la douleur ou aux aiguilles, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien. Il existe une crème qui désensibilise la zone avant le prélèvement, disponible en pharmacie au comptoir après une discussion avec un professionnel.


5 choses à prévoir pour les soins de santé au Canada en PVT

Les démarches pour venir s’établir au Canada le temps d’un permis de vacances travail sont assez longues. Même lorsque vous êtes dans le pays d’accueil, il y a un monde à comprendre. La culture, les transports, le système de santé… Cet article vous évitera de tomber dans des pièges du système de santé québécois qui peuvent vraiment vous mettre dans le pétrin !

1. Assurance publique ou privée ?

Seulement quelques pays d’Europe ont une entente d’équivalence de la sécurité sociale. Cependant, en PVT, vous devez contracter une assurance privée. Avant d’arrêter votre choix, magasiner votre entreprise et la couverture pour maximiser les services offerts par rapport au coût. Vous devez avoir une preuve d’assurance à votre entrée au pays.

2. Bien lire son contrat d’assurance.

Les contrats d’assurance ne sont pas semblables d’une compagnie à une autre et peuvent contenir de mauvaises surprises. Prenez le temps de le lire afin de distinguer ce qui est couvert de ce qui ne l’est pas. Il est aussi important de comprendre les modalités de couverture de votre assurance. Il vaut mieux savoir tout de suite si vous avez une franchise à payer ou s’il faut débourser les frais d’abord pour se les faire rembourser par l’assureur ensuite. Vous pourriez aussi être sujet à un plafond du montant couvert.

3. Garder ses reçus lors de visites à l’urgence.

Certains assureurs peuvent exiger que le client paie les factures pour ensuite se faire rembourser après une réclamation. Dans ce cas, il vous faudra envoyer les originaux ou des copies des reçus pour vos soins. Il est aussi possible que votre assureur demande à être averti préalablement à la visite à l’urgence, afin d’ouvrir un dossier de réclamation. Peu importe votre cas, si des frais vous sont chargés garder les traces écrites détaillant les soins reçus et leur coût.

4. Privilégier les cliniques privées.

Pour les personnes qui ne sont pas couvert par le régime public, il est vivement conseiller de passer par les cliniques au lieu de l’urgence. Les coûts qui vous seront débités dans une clinique privée sont nettement inférieur que ceux de l’urgence. Dans un hôpital, vous allez débourser non seulement les frais pour les soins et les examens que vous recevrez, mais aussi les frais administratifs de l’hôpital. En plus, les temps d’attentes en cliniques privées sont moindres !

5. S’informer avant d’avoir besoin de soins de santé.

La meilleure façon d’économiser son temps et son argent, c’est de s’informer sur les procédures et le fonctionnement du système de santé. Ce n’est pas au moment où vous nécessiterez des soins de santé que vous allez être apte à décortiquer l’information. Vaut mieux être préparé avant !


5 choses à savoir lorsqu’on consulte dans une autre province canadienne

Vous passez vos vacances hors de la province du Québec et vous avez tout préparé des semaines à l’avance. Par contre, un imprévu est si vite arrivé et vous ne pouvez pas tout contrôler. Si pendant votre séjour à l’extérieur vous avez besoin de soins de santé, vous serez plus informé avec cette liste.

1. Votre carte d’assurance maladie devrait vous suivre partout.

Si vous vous rendez dans une clinique ou au bureau d’un professionnel de la santé, présentez tout de suite votre carte d’assurance maladie. Certains professionnels acceptent la carte, ce qui vous permet de recevoir les soins nécessaires sans avoir à débourser un sou. Ils seront directement rémunérés par la régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) avec qui ils prennent parfois des ententes. Pour les hôpitaux, il y a une entente interprovinciale qui vous permet d’être pris en charge dans les mêmes mesures avec la carte du régime public qu’au Québec.

2. Conservez toutes vos factures.

Dans le cas où la carte d’assurance maladie ne vous soit d’aucun recours au moment où vous avez besoin de recevoir des soins médicaux, vous aurez besoin de certains documents.  Assurez-vous d’avoir les originaux des reçus que l’on vous remettra. Si vous faites des paiements par carte de crédit ayez une copie du relevé de paiement. Lorsque le paiement se fait par chèque, conservez une photo de chaque versant du chèque encaissé avec le nom du professionnel ou de l’établissement. Bref, ayez tous les documents qui détaille l’intervention, les services reçus et leur montant. Cela va vous permettre de les réclamer à la RAMQ.

3. Informez-vous sur votre couverture.

La carte d’assurance maladie ne couvre pas tous les frais que vous pourriez encourir lors d’un incident. Elle vous couvre dans les mêmes limites ou moins qu’au Québec. Vous êtes couvert seulement auprès des médecins, des dentistes et des optométristes. Tout autre soin n’est pas assuré et ce qui est couvert l’est selon des balises précises et dans les mêmes honoraires qu’au Québec. Si vous déboursez plus, les frais seront à votre charge.

4. Pensez aussi à votre médication.

Si vous prenez des médicaments prescrits, amenez-en assez pour la durée de votre séjour. Vous pouvez consulter votre pharmacien avant votre départ pour obtenir la quantité nécessaire pour la durée de votre absence. Les médicaments, prescrits ou non, achetés en dehors de la province du Québec ne sont pas couvert par l’assurance maladie publique.

5. Prévenez le pire.

Avant de partir, procurez-vous une assurance privée. Vous pourrez ainsi être assuré de ne pas avoir de frais surprise à payer sur place, ou au moins pour vous les faire rembourser rapidement.


Préparer sa consultation avec un médecin pour son enfant

Dès la première semaine de sa naissance, votre enfant devra s’accoutumer à la présence des blouses blanches autour de lui. Les médecins évaluent la croissance et le développement des enfants et posent des diagnostics lorsque nécessaires. Vous avez un rôle à jouer dans l’efficacité du travail d’évaluation du médecin, comment s’y préparer ?

Avant de consulter

Vous pouvez choisir de faire suivre votre enfant par un médecin de famille ou un pédiatre. Le premier pourra le suivre sans restriction, alors que le deuxième est limité à l’âge de maturité de 18 ans. C’est un choix complètement personnel qui ne lésera pas votre enfant. Si une situation nécessite une consultation plus approfondie, vous serez de toute façon référé à un spécialiste ou rediriger vers les urgences.

Après avoir choisi votre professionnel et avoir obtenu un rendez-vous, vous pouvez lister les questions que vous avez par rapport à la santé, à l’alimentation et au développement de votre enfant. Vous pouvez le préparer en étant franc avec lui sur comment se passe une consultation. Utilisez des mots simple et facile à comprendre. Pour le rassurer, il peut avoir avec lui son doudou ou une poupée.

Lorsqu’il est plus vieux, demander lui de parler lui-même avec le médecin et rappeler lui que votre présence n’est pas nécessaire. Vos paroles le rendra plus à l’aise de parler avec son médecin. Surtout, pour bien prépare son rendez-vous avec un médecin, il y a une série d’objets à ne pas oublier d’apporter avec soi.

Pendant la consultation

Le professionnel a pour rôle de prendre les mesures sur le développement et la croissance de votre enfant. Une fois en sa présence, poser toutes les questions que vous avez listé pour vous assurer de tirer un maximum de la rencontre. Faites participer l’enfant en lui posant des questions et en le laissant répondre au médecin afin qu’ils tissent un lien de confiance. Pour les plus petits, ne les brusquer pas et soyez rassurants.

Le pédiatre et le médecin de famille ne s’occupe pas seulement de la santé physique de votre enfant. Il évalue aussi son développement affectif et cognitif et son alimentation. D’où le fait que la consultation est aussi le moment d’avoir des discussions avec le professionnel sur ce qui concerne votre enfant.

Entre les consultations

Après la première année de vie de votre enfant, il verra son professionnel de la santé au moins une fois par année. Entre les rendez-vous, lorsque vous avez des questions, vous pouvez appeler info-santé/info-social en tout temps.


Quoi apporter avant une consultation avec un médecin ?

Vous avez réussi à obtenir un rendez-vous avec un médecin pour une consultation. Mieux vaut être bien préparé et avoir en main le nécessaire pour que le tout se passe sans difficultés. Voici un guide pour vous aider à être organisé et à tirer profit de votre consultation.

Gérer l’attente

Même si vous avez pris rendez-vous avec un médecin, peu importe si celui-ci est dans une clinique ou dans un hôpital, vous allez certainement devoir patienter avant la consultation. La première chose à apporter est donc de quoi vous occuper dans la salle d’attente. Un bon livre se traîne bien avec soi. Si vous êtes accompagné par un enfant ou un bébé, ne pas oublier les couches, du lait ou des collations et un ou deux jeux.

Les items à apporter

En plus d’emmener un livre pour vous occuper, il y a une série d’articles que votre médecin et/ou le bureau de consultation a besoin lors de votre consultation. Dans le cas ou votre rendez-vous est dans un hôpital, apporter votre carte de l’établissement pour que l’on retrace votre dossier. Si vous n’en posséder pas déjà une, à votre arrivée l’admission vous en produira sûrement une.

Pour qu’un médecin puisse bien vous suivre, il lui faudra connaître le plus possible vos habitudes et votre historique médicale à jour. Vous devriez donc avoir avec vous une liste comprenant votre médication complète actuelle mise à jour par votre pharmacien autant que possible. Cela aidera à avoir un profil plus complet pour la consultation.

Si vous en possédez un, votre carnet de vaccination peut aussi être utile. Celui-ci est particulièrement pratique pour les gens qui ont des vaccins fréquemment, comme les grands voyageurs. Le carnet de vaccination permet d’avoir non seulement la liste des vaccins qui ont été fait, mais aussi les dates. Les rappels nécessaires pourront être plus facilement détectés.

Le plus important des objets qu’il vous faut pour votre consultation, c’est bien sûr votre carte d’assurance maladie valide ! C’est la première chose que l’on va vous demander à votre arrivée. C’est cette carte qui vous donne accès gratuitement au service de santé.

En récapitulatif, pour votre consultation vous devez avoir une occupation pour la salle d’attente, votre liste de médication, votre carnet de vaccination et, surtout, votre carte d’assurance maladie.


Comment obtenir un rendez-vous quand la secrétaire dit qu’il n’y a plus de place ?

Clinique ou urgence ?

Avant de vous déplacer à l’urgence, vous avez appelé une clinique pour prendre un rendez-vous rapidement. C’est ce qu’on vous dit de faire quand votre état de santé n’est pas critique. Or, la secrétaire vous informe qu’il n’y a plus de place pour vous. Quoi faire dans ce cas ?

Il vaut mieux s’adresser à son médecin de famille ou avec son bureau pour s’assurer d’avoir un rendez-vous. Par contre, il est possible qu’on vous donne une disponibilité qui soit assez éloignée. D’ailleurs, il n’est pas rare que le rendez-vous le plus proche que la secrétaire peut vous donner pour voir un médecin soit dans plusieurs semaines. Cette situation occasionne une longue attente qui peut être inconfortable lorsqu’un individu est en douleur ou pris avec des symptômes limitants.

S’adresser au médecin

Vous avez accès, dans l’application Doctr, à un répertoire des cliniques publics et privées. Selon votre localisation vous avez les services les plus proches, ainsi que leurs coordonnées. Vous pouvez donc vous inscrire à un sans rendez-vous si vous rechercher une consultation rapide.

Un autre moyen d’obtenir un rendez-vous est en parlant avec la secrétaire. Un médecin a un devoir de fournir de l’aide médicale à ceux qui en ont un besoin urgent et qui s’adresse à lui. Vous pouvez donc demander à la secrétaire de laisser un message au médecin. Dans le message, vous pouvez décrire vos symptômes et laisser vos coordonnées en demandant qu’on vous rappelle.

Le médecin qui prendra le message, surtout si votre état comporte des symptômes potentiellement graves, libérera une plage pour vous recevoir ou vous pourrez voir un collègue.

Cette astuce n’est pas un moyen infaillible de passer devant des gens qui ont un besoin réel et plus pressant de consulter. C’est néanmoins un moyen d’avoir accès à un médecin lorsqu’on en a sérieusement besoin. Privilégiez quand même le répertoire de services de santé fournis par Doctr pour être outillé en tout temps.


Comment trouver une place dans une clinique sans rendez-vous ?

Lorsque le besoin se fait sentir, obtenir un rendez-vous dans une clinique, qu’on y soit inscrit ou non, est assez complexe. Ça l’est surtout lorsqu’on ne connaît pas les trucs et astuces pour le faire ! Alors voilà la façon d'avoir une place dans un sans rendez-vous.

Avec un médecin de famille

D’abord, si vous avez déjà un médecin de famille, contacter la clinique ou le centre où il pratique afin de voir s’ils peuvent vous recevoir la journée même ou le lendemain. Si votre médecin habituel ne peut pas vous recevoir et qu’il fait partie d’un groupe de médecine de famille, on peut vous proposer un rendez-vous avec un autre médecin de la même clinique.

Sans médecin de famille

Si vous n’avez pas de médecin de famille, l’application Doctr répertorie les ressources médicales les plus proches de vous, le tout étant disponible dans vos poches ! Les ressources sont catégorisées par domaine, en plus de fournir leurs coordonnées. Grâce à la géolocalisation ou à l’entrée d’une adresse, vous avez accès aux ressources qui prennent des consultations sans rendez-vous.

Les cliniques ont des procédures très différentes les unes des autres pour la consultation sans rendez-vous. Certaines demandent de se présenter sur place le matin même, alors que d’autres requiert un appel le soir d’avant ou tôt le matin. Ce n’est pas seulement la méthode pour obtenir une place qui diffère d’un endroit à un autre. Les plages horaires mis à la disposition exprès pour la consultation sans rendez-vous aussi sont différents. Une clinique peut limitée la plage horaire à certaines journées, des demi-journées ou à certaines heures seulement.

Il est donc important de contacter la clinique de votre choix à l’avance pour connaître leur méthode. Là encore, Doctr peut vous être utile, puisque les procédures pour chaque clinique de son réseau est décrite dans la section des services offerts.

Lorsqu’il s’agit de consultation sans rendez-vous, il faut s’attendre à devoir passer des coups de fil pour obtenir une place. Prenez-vous-y tôt, beaucoup demande d’être contacté le soir d’avant ou avant l’ouverture le matin même et les places sont souvent limitées.


5 erreurs à ne pas commettre à l'urgence

Avec les temps d’attentes qui caractérise le système de santé au Québec, une visite à l’urgence devient un périple. Pour vous faciliter la vie, la liste ci-dessous répertorie les erreurs qui vous ralentiront lors d’un problème de santé. On pourrait s’arrêter là, mais comme tout problème à au moins une solution, nous en proposons une pour chaque erreur !

1. Se rendre à l’urgence… sans avoir une urgence médicale grave.

Les urgences d’hôpitaux sont un recours lorsque votre vie est en danger, ou que votre santé est gravement atteinte. Un grand nombre des personnes qui se dirigent à l’urgence se retrouvent à être des cas non prioritaires. Le moyen le plus rapide d’avoir des réponses et une évaluation de vos symptômes est en contactant Info-santé au 811.

2. Avoir un comportement désagréable auprès du corps médical.

Une visite à l’urgence est une expérience stressante pour le patient. Les professionnels de la santé, eux, travaillent dans cet environnement en permanence et subissent une pression énorme pour performer. Un patient agressif ou violent ralentit non seulement sa prise en charge, mais aussi celle des autres patients qui attendent derrière lui. Il sera plus difficile d’évaluer quelqu’un qui ne coopère pas. Soyez patient avec le corps médical !

3. Se déplacer jusqu’à l’urgence pour un problème de santé qui se règle dans d’autres services.

Il y a des services spécialisés indisponible à l’urgence hospitalière. Une dent cassée ou douloureuse doit être adressé dans une clinique dentaire. Un trouble psychiatrique peut être évalué dans une urgence spécialisée dans le domaine. Celles-ci sont, d’ailleurs, souvent moins achalandés que l’urgence hospitalière. Doctr vous donne d’ailleurs les taux d’occupations des urgences en santé mentale. Encore une fois, un appel rapide au 811 peut vous éviter de vous déplacer à plusieurs points de services différents.

4. S’attendre à ce qu’immédiatement après la visite à l’urgence vous soyez totalement remis.

Les médecins d’urgences ont pour rôle d’enrayer toutes conditions qui met en danger votre vie. Certaines situations peuvent requérir un traitement en continu ou sur une certaine période. Dans ce cas, le suivi se fera en clinique. Il vaut mieux alors dès le départ se diriger vers une clinique pour une prise en charge. Encore mieux, prendre rendez-vous avec son médecin de famille. Si vous n’en avez pas encore un, inscrivez-vous au guichet d’accès pour en obtenir un.

5. Se rendre à l’urgence sans vérifier les taux d’occupations sur l’application Doctr

Au lieu de vous dirigez directement à l’urgence, utilisez l’application Doctr pour consulter les taux d’occupations des hôpitaux près de chez vous. Si votre vie n’est pas en danger, la clinique est un choix plus adapté pour obtenir des soins non urgents. Là encore, vous pouvez consulter le répertoire des services de santé à partir de l’application Doctr.


Qu’est-ce que le 811 et à quoi cela sert ?

Le 811, aussi appelé Info-Santé ou Info-Social, est un service de consultation téléphonique. Il permet de parler avec un professionnel de la santé pour obtenir des conseils rapidement. Ce service gratuit permet d'éviter d’attendre de longue période à l’urgence d'un hôpital ou de se déplacer dans une clinique inutilement. Le 811 offre également un soutien aux gens aux prises avec des problèmes psychosociaux.

Service de consultation rapide, mais pas nécessairement une solution magique

Les appels durent moins d’une trentaine de minutes en moyenne. On demande d’abord des renseignements personnels. Les renseignements personnels récupérés restent assez généraux (nom, date de naissance, numéro de téléphone, et code postal), mais le 811 peut aussi être utilisé anonymement. Dans ce cas, il suffit d’aviser l’interlocuteur et la consultation se poursuivra sans embarras.

Ensuite, les professionnels répondent à vos questions, rassemble les informations et vous conseille sur les mesures à prendre. Tout ce qu’ils peuvent faire, par contre, c’est vous orienter vers les services pertinents les plus proches de chez vous lorsque la situation est plus problématique. Cela peut se traduire par une visite à une clinique, avec un service spécialisé ou dans une urgence. Alors, il est possible que vous n’échappiez pas à une longue attente pour une consultation.

Les professionnels traitent une large gamme de sujets de préoccupations

Les infirmières peuvent répondre à une panoplie de problèmes concernant, notamment, des infections, des virus, des difficultés physiques ou des blessures légères. Des questions sur de la médication peuvent aussi leur être posés. Ils sont compétents autant pour les consultations pour des enfants, des adolescents et des adultes.

Quant aux intervenants psychosociaux, ils vous guideront dans des conditions d’anxiétés, de violences, de deuil, ou tout autre situation qui demande leur expertise. Si l’intervenant le juge nécessaire, il peut aussi y avoir une visite dans le milieu pour une intervention en personne, ainsi qu’un suivi.

Si Info-Santé est un moyen de trouver des solutions rapidement à des problèmes de santé, son efficacité est à son meilleur que lorsque ceux-ci sont mineurs. En effet, aucun médecin ne peut vous ausculter et poser un diagnostic par cette plateforme.

Info-Santé est disponible 24/24 7 jours sur 7 presque partout au Québec

Le 811, c’est un service de consultation bilingue offert partout au Québec, sauf au Nunavik et dans les Terres-Cries-de-la-Baie-James. Les professionnels sont disponibles 24 heures sur 24, tous les jours de l’année à ce numéro. Ils peuvent vous écouter, vous conseiller et vous rediriger au besoin vers la ressource la plus appropriée pour régler votre problème.